Des contenus pédagogiques différenciés pour des rôles différenciés : Cas du Niger

Publié le Mis à jour le

47723_10151304033812423_455310983_nL’économie familiale et sociale, communément appelée EF, est une matière incluse dans le programme académique du Collège au Lycée.

Instaurée après les années 60 dans les collèges, elle était enseignée aux jeunes filles du Niger, et uniquement aux filles. Au début, cette matière se faisait appeler « Enseignement ménager ». L’objectif était de former la population féminine à son rôle social, à savoir celui de la tenue de maison et de l’éducation des enfants. Le contenu des enseignements était très pratique et tournait autour de la cuisine et la confection de vêtements. Il s’agit des tâches qui se relient à ce que les Anglo-Saxons appellent le care (le prendre soin).  J’entends déjà certains dire : «  ah ces colons qui veulent une fois de plus avilir nos femmes » ; je vous arrêtes de suite. Ce modèle social de la femme, les européennes, ou du moins les hommes qui dirigeaient la société européenne, le pensaient aussi fortement. Dans une brochure rédigée par une spécialiste en économie familiale, Sophie LESTEVEN, on peut lire que l’économie familiale est fortement inspirée du “modèle occidental”, celui de la femme dépendante du chef de famille réduite à des tâches d’épouse et de mère, auquel les organisations coloniales, puis l’assistance technique étrangère donnaient valeur universelle. En 1960, les françaises venaient à peine d’obtenir le droit de vote 5 ans plus tôt et se battaient encore pour contrôler leur maternité. Bref, laissons ces françaises et revenons aux nigériennes.

En 1980, l’enseignement ménager change de nom pour celui définitif d’économie familiale et sociale. Les cours restent principalement pratiques au collège, mais il est étendu au Lycée avec une forte dose de théorie (surtout en génétique, reproduction et nutrition). Le contenu des cours tourne autour de la reproduction, de la santé, de l’hygiène ou encore de l’identification et de la guérison de malnutrition. Mais, l’État nigérien reste silencieux sur la destination des cours d’EF au Lycée. Pourtant, et sous l’influence de certains responsables d’établissement, les garçons décident de s’en détacher. Au bac, les garçons se contentaient d’une épreuve de dessin afin de valider les coefficients en économie familiale. Les filles, elles, font la couture.

L’économie familiale est déduite comme étant destinée aux filles (de plus les enseignants de cette matière sont uniquement féminin). Malgré la grosse partie théorique du Lycée, les garçons ne veulent pas connaître l’organisation des organes de reproduction, ni comment nourrir un enfant ou éviter des intoxications alimentaires. Aminatoulaye, enseignante avec plus de 15 de métier témoigne :

 Cela était complètement absurde dans la mesure où cette matière est une science de la vie quotidienne (la nôtre et celle de nos enfants). Mais on l’attribue aux filles, les futures mères. Comme si les garçons ne seront jamais des pères ou qu’ils ne trouvent pas important de connaître les apports nutritifs des aliments

Quelles conséquences sur ces jeunes nigériennes ?

Je pense fortement qu’au collège et au lycée, nous sommes en présence de jeunes filles et garçons qui construisent leur identités et leur place dans la société. Féminiser une matière, en revient à réduire un genre dans une case donnée et conforter dans la même ligne des rôles sociaux et idées préconçues. Les moqueries des garçons étaient monnaie courante lorsque les filles allaient en cours d’économie familiale, pendant que eux avaient quartier libre. Pour l’épreuve de dessin au Bac ils n’avaient même pas à prendre des cours. La féminisation de cette matière a aussi conforté le manque de confiance en soi des jeunes files qui se voient mise dans des cases. Elles restent plus que convaincues de leur principal rôle de femme au foyer, considérant que tout avenir au delà devant être classé comme secondaire ou utopique. Cela illustre un peu la place de la femme dans ce pays majoritairement musulman où il y a peu d’évolution professionnelle pour les femmes.

Les choses ont commencé à évoluer lorsque les professeurs de science de la vie et de la terre se sont rendus compte que certains des chapitres qu’ils dispensaient dans leur matière se retrouvaient en EF (surtout en génétique, reproduction et nutrition). Ils font alors front commun avec les enseignantes d’EF afin que les garçons participent à leur cours. Il ne le font pas par solidarité, loin de là, mais juste pour ne pas avoir à dispenser ces chapitres là et se ménager. Ensuite, voyant l’utilité de cette matière, les directeurs des collèges et Lycées l’ont imposé aux garçons malgré sa féminisation pour le collège et le silence de la loi pour le Lycée. Ces actions vont fortement influencer l’État nigérien qui a décidé il y a 3 ou 4 ans de soumettre l’enseignement de l’économie familiale aux garçons et aux filles sur toute l’étendue du territoire nigérien. Aminatoulaye nous dit:

Lorsque j’ai voulu imposer l’économie familiale aux garçons, ils se sont révoltés. Beaucoup ne venaient pas à mon cours alors je leur mettais la note zéro. Ma chance était que mon proviseur me supportait donc au fur et à mesure j’ai pu faire assister tous les garçons. Aujourd’hui, avec l’imposition officielle aux garçons et aux filles, les mentalités changent. Il est facile de voir au bac un garçon qui choisit de faire la couture ou encore une fille qui choisit le dessin comme épreuve. Le sujet est au choix

Publicités

12 réflexions au sujet de « Des contenus pédagogiques différenciés pour des rôles différenciés : Cas du Niger »

    José Lompo a dit:
    16 mai 2013 à 10 h 36 min

    je te souhaite bon vent pour ton blog cousine. Au lycée, on a été la première promotion de garçon à faire le cours d’EF, et c’était tellement intéressant qu’au finish on avait surclassé les filles. Mais faut avouer qu’au début on était réticent pour suivre le cours

    paul pasko a dit:
    15 mai 2013 à 20 h 59 min

    ah la la!! j’ai tellement séché ce cours que je ne me souviens même plus avoir assisté à ces classes jusqu’à la fin. C’est trop dommage car c’est des trucs que tôt ou tard tu es automatiquement appelé à connaître. je me suis retrouvé à me documenter sur ces sujets dans des articles et des bouquins, alors que dans les cours que je séchais c’était encore plus détaillé. les garçons voient en cette leçon une insulte à leur virilité. lol. C’est compréhensible, mais cela n’empêche tout de même pas que ce soit bête comme attitude. Au Cameroun c’est un cours obligatoire pour les garçons et les filles. Encore heureux, sinon je ne saurais peut-être même pas comment on tient une aiguille. Il faudrait songer à une approche qui ferait en sorte que les petits frères se sentent concernés. Peut-être en leur disant dès le départ ce qu’ils y ont à gagner. C’est un peu ce que mon prof en seconde a fait le jour où elle abordait le chapître du calcul du cycle menstruel. Fallait voir comment la classe était pleine. Mes potes étaient assidus comme au cours de langue!!

    Marina Guissa a dit:
    15 mai 2013 à 16 h 43 min

    Bravo!!!! c’est tres interessant ma chère, bon courage; à continuer.

    Safy Amadou a dit:
    15 mai 2013 à 16 h 36 min

    J’aimerai aussi apporter une contribution. Dans la culture africaine avant même l’arrivée des colons, les jeunes filles étaient initiées à cette pratique. Il existait une case uniquement réservée aux femmes qui voyaient leurs règles. C’était un moment intime où elles pouvaient se reposer, s’adonner à la couture ou parler de femmes à femmes. Ces cases étaient totalement interdites aux hommes. A cette époque le système matriarcal existait.Une manière de dire que ce modèle social de la femme existait déjà nous retrouvons quasiment les mêmes traditions sur presque tous les continents mais l’enseignement diffère d’un endroit à un autre.

    A-kader a dit:
    15 mai 2013 à 15 h 49 min

    Certains cours et sujets abordés pendant les cours d’EF servent aussi bien aux filles qu’aux garçons, bonne initiative d’avoir exigé au final la participation de la gente masculine.
    Bon Article et bon courage.

    Amadou s issoufou a dit:
    15 mai 2013 à 12 h 27 min

    C’est une bonne initiative car j’ai toujours décriée le fait que j’étais au lycée de n’avoir pas fait EF

    oussou a dit:
    14 mai 2013 à 23 h 10 min

    En 3e g pense avoir suivi c cours mai g etai l seul car les autres garcons s en moquai pa mal… En realité g etai super impressioné sur l avance k avai les fille en matiere de reproduction et finalemen g m fesai tou pti ds la class mai aussi g avai l soutien de la prof ki ell savai k g l prenai o serieu..
    g croi k de no jour les mentalité o largemen evoluer.

    ismael a dit:
    14 mai 2013 à 21 h 01 min

    salut je trouve ton article pertinent continue et bon courage

      aramatoulaye a répondu:
      14 mai 2013 à 21 h 27 min

      merci ismael

    Aminata a dit:
    14 mai 2013 à 20 h 49 min

    Tristement vrai !! Quand j’etais au College au fuiyait les cours d’EF,mais a la fin on suivait parce qu’on trouvai ca ennuiyant..Mais ca me manque quand meme 😦

    Idrissa a dit:
    14 mai 2013 à 20 h 26 min

    Mes félicitations et du courage.Paris a été construite d’un premier tout petit coup de pioche..

      aramatoulaye a répondu:
      14 mai 2013 à 21 h 26 min

      en effet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s